entrevue n°5 : Précisions

Sayline m’a posé vos questions,
Voici les réponses…

Le 5 septembre vous annonciez l’arrêt des séances CIROLOGIE, rassurez-nous, qu’en est-il ?
C’est vrai que la saison III est terminée, j’arrête les séances dans ces conditions, photos simples, trop souvent sans eau, et refaites maintes fois. Il faut trouver un nouveau souffle, allez plus loin peut-être. Pour le moment je cherche. Beaucoup m’incitent à poursuivre, modèles et « visiteurs », mais le temps passe…
Et je voudrais me consacrer plus à la diffusion.

Alors que vous êtes en train d’améliorer votre technique, vous allez tout abandonner ?
Mais non, je n’abandonne rien. D’abord je ne suis pas sûr de m’améliorer, comme vous le dites.
Je voudrais réaliser, et cela j’y pense depuis la toute première saison, un ou plusieurs albums photos, avec les photos que J’adore MOI. Mais cela ne peut se faire qu’à compte d’auteur, cela coûte cher, et je ne sais quel nombre faire imprimer ni comment et a qui le diffuser.
C’est particulier « Cirologie ». Je ne veux pas faire n’importe quoi.
J’ai donc besoin de souffler.
Les séances et surtout la recherche de modèles prend du temps. Trop de temps.
Et je suis mal équipé, je n’ai qu’un petit local exigu dans lequel j’ai honte de recevoir les modèles.
Même si celles qui sont venues trouvent cela « original », « spécial », « spectaculaire », « incongru », Cela reste un problème. Les extérieurs ne sont pas faciles à réaliser.

Vous utilisiez pas mal, la douche en général ?
Oui, mais faut peut-être sortir de cela, c’est le grand principe de la saison III..

Les duos semblent une bonne idée?
Oui, c’est peut-être cela la quatrième et dernière saison qui se dessine.

Dernière ? Vous avez vraiment envie de tout arrêter !
Il n’y a que quatre saisons de toutes façons.

Alors cette quatrième saison, de quoi sera-t-elle faite ?
Ne vous attendez pas à un bouleversement, je reste dans la lignée des précédentes, mais les duos seront privilégiés et les poses seront plus…douces, …plus sensuelles.

Érotiques ?
Pas forcément, ce sont les modèles qui décident, ne l’oubliez pas.

Mais c’est vous qui les choisissez ?
Oui, bien sûr, il y a une orientation, mais c’est un simple virage, comme l’a été la saison II par rapport à la I, la III par rapport à la II.

Rappelez nous ces « virages » ?
Ça se voit de suite, la Une était essentiellement basé sur le ciré, souvent sec, en extérieur, en intérieur, quelques séances sous la douche, mais très correctes. Pas ou peu de charme de sensualité, c’était plutôt la période « découverte » et « romantisme »
La Deux est plus relâchée, plus d’eau, un local aménagé est propice aux poses mouillées, arrosées, et les extérieurs aspergés apparaissent. La Trois suit le même chemin avec un peu plus d’érotisme, de suggestions, et beaucoup de séances sous la douche. Bon voilà.

Vous regretterez les saisons antérieures?
Non, c’est une évolution voulue. Les modèles ne posent pas aujourd’hui en 2007, comme en il y a vingt ans, les physiques ont changés aussi.

Vous trouvez ceux d’aujourd’hui comment ?
Trop maigres, ça c’est sûr. Elles font toutes du 36/38. Les formes ont changées. Elles sont plus filiformes. Personnellement je suis de l’ancienne génération, j’aime les formes rondes, les beaux seins, les bonnes fesses. Bref tout ce qui heurtent aujourd’hui. Mais heureusement j’en trouve encore quelques unes qui sont pas mal…

Mais cela ne plaît pas toujours, ni aux modèles, ni a vos visiteurs?
Peut-être oui, vous avez raison, mais « Cirologie » est fait avec mes idées, que cela dérange un peu ne me gène pas, demain on reviendra à ce genre de modèles, d’ailleurs ça commence. C’est comme pour les cirés, aujourd’hui c’est ringard, mais demain ce sera (peut-être) formidable. Et puis chacun ses choix, mes modèles sont comme ils sont et moi, je les trouve très bien.

Vous aimez vos modèles?
Eh! bien sûr, je les adore. Elles sont formidablement belles, sinon je ne les prendrais pas.

Ce qui veut dire que beaucoup ne sont pas sélectionnées ?
Vous avez tout compris, et de plus en plus, le taux de rejets augmente. Je mets également cela sur le compte de l’âge, je vieillis, donc je deviens plus sélectif. Et puis contrairement il y a vingt ans, toutes veulent poser. Et beaucoup veulent beaucoup d’argent en échange, ce qui n’était pas le cas dans les années 80, ou beaucoup moins.

Qu’est ce qui compte le plus quand un modèle vous fait signe ou quand vous les contactez ? Du reste comment cela se passe ?
Avec tous mes sites et blogs, je reçois des demandes, souvent trop éloignées de Lyon. Ce sont souvent de beaux modèles auquel je suis obligé de renoncer.
Mais il y a mes réponses aux demandes régionales, un modèle qui me plaît par son regard, son expression, l’originalité de la photo, sa pose.
Je lui demande de m’en dire plus sur ce qu’Elle a déjà fait, et sur ce qu’Elle souhaiterait faire avec mon thème, à partir de cela la négociation commence… Et ça échoue bien souvent, pour des raisons pécuniaires, ou d’éloignement, ou parfois d’incompatibilité tout simplement.

Mais vous en trouvez quand même ? En 2007 il y en a eu combien ?
Oui, heureusement, en 2007 sur une soixantaine de contacts (et l’année n’est pas finie) j’ai rencontré une douzaine de modèles, c’est exceptionnel et à la fois trop.
Et puis il y a toutes celles que je voudrais et que je peux pas, faute de temps, contre-temps et mauvais temps. Beaucoup d’échec quand même, pour un médiocre résultat.

Pourquoi dites vous « médiocre résultat » ? les visiteurs semblent ravis.
Ils ne voient que les épreuves finies, sélectionnées, retouchées, mais sur l’ensemble des 4000 photos de l’année peu sont exploitables. Elles plaisent, elle me plaisent, mais pas suffisamment pour être exposées, pour être publiées. Les modèles cherchent l’argent avant tout. Si je trouvais un filon qui permette de diffuser et qu’il leur rapporte un peu d’argent, ce serait bien pour tout le monde. Internet est un fabuleux instrument, mais coûte du temps, beaucoup de temps, un peu d’argent, mais ne rapporte rien. Si ce n’est les rencontres, les échanges, mais c’est déjà bien. Pas suffisant, mais bien.

En résumé, vous ne nous lâchez pas?
Je n’ai jamais dit que j’arrêtais « Cirologie », j’ai dit que je tournais la page.
Et si je continue les séances, le rythme va diminué, pour passer le changement de saison.
2008 sera une année de réflexion. On verra. Laissons le temps faire les choses.
J’ai envie de réfléchir, de ralentir, de revoir mes saisons précédentes.

Vous allez maintenir vos sites?
Bien sûr, c’est un échange, c’est a partir de cela que je m’inspire en fonction des demandes des modèles, des remarques des « visiteurs » et le soutient des fidèles, qui sont toujours là, plein de bonnes intentions pour que « Cirologie » vive.

Quelles nouveautés en préparation?
Pas grand chose, y’a toujours l’élection de Miss Cireine de l’année, (qui je le rappelle ne rapporte rien, mais cela permet de connaître les goûts des visiteurs) puis la création de calendriers, (comme l’an passé) et l’information sur la mode des cirés, qui, soit dit en passant, revient doucement…
Ça fait plaisir, même si le noir est encore privilégié, le rouge, et le blanc commence à apparaître, espérons que demain le vert, le marron, le mauve et le jaune viennent égayer les nouveaux cirés et que la matière ne soit pas uniquement a base de vinyl, que je trouve trop fin.
Enfin que les prix soient abordables afin que tous celles qui aiment les cirés puissent se faire plaisir, et nous faire plaisir, car c’est un ravissement pour l’oeil.

Le mot de la fin:
Une femme en ciré sous la pluie reste pour moi la plus belle image féminine.

La saison III est morte ?
Finie. Vive la quatrième saison.