Comment éviter un faux-tographe

Extrait de : http://studio.oiseau-libre.net/Conseils/Faux-tographes.html

Définition d’un faux-tographe

S’il existe des photographes sérieux, il en existe malheureusement d’autres qui ne le sont pas. Aujourd’hui n’importe qui peut s’improviser photographe pour proposer des séances photo sur Internet et tromper ainsi des modèles.

Un photographe amateur est une personne qui apprécie la photographie à titre de loisir et pour certains, c’est une véritable passion. Certains ont beaucoup de talent, d’autres moins, mais ils sont bien différents des faux-tographes.

Les faux-tographes acceptent très mal le terme d’amateur. Pour eux, amateur est synonyme de photographe sans talent et c’est pour cette raison que la plupart du temps, ils disent être professionnels. Ils commencent par prendre leurs amies en photo, en faisant prendre à leurs modèles des poses qui sont censées ressembler à celles des magazines. Ils utilisent souvent un appareil photo basique en mode automatique, car ils sont incapables de savoir photographier dans un autre mode. Le faux-tographe ne fait pratiquement que de la photo de personnes, la plupart du temps féminines. Il adore faire de la lingerie, mais faute de talent, Il tombe très souvent dans la vulgarité. Ces faux-tographes n’ont souvent comme vitrine que Facebook, même si ce site est également utilisé par beaucoup de vrais photographes qui eux par contre, mentionneront toujours l’adresse de leur book photo ou de leur site personnel.

Pour ces « faux-tographes », la photo peut être aussi un moyen d’extorquer de l’argent à des jeunes filles incrédules en leur faisant miroiter une carrière de mannequin grâce à leur expérience ou à leurs relations dans le milieu de la mode ou de la photo.

Parfois pour ces « faux-tographes », la photo peut être un prétexte pour attirer les femmes chez eux et leur proposer de faire un shooting déshabillé voir nu, alors que le modèle venait pour faire un shooting de portrait, voire même pour obtenir davantage pendant la séance.

Comment faire alors pour différencier les « vrais photographes » des « faux-tographes » et éviter ainsi de perdre son temps, ou pire, de se faire abuser ?

 

Comment reconnaître un faux-tographe

• Sur Facebook, il y a plusieurs choses à vérifier. A-t-il un site en dehors de sa page Facebook. Même si certains photographes ne donnent pas spontanément le lien de leur site sur Facebook, mais c’est tout de même une bonne indication. En tout cas, il faut aller voir la nature et la qualité des photos des albums qu’il a publiés. Lorsqu’il n’a absolument rien à montrer sur sa page… À fuir donc absolument. Il faut aussi se demander s’il est inscrit dans les groupes Facebook de shootings et surtout s’il a beaucoup d’amis dans ces groupes de shootings, car ceci est un bon indicateur.

• Il publie une annonce bidon en disant qu’il est prêt à vous payer, parfois très cher, sans même que vous ayez commencé à aborder le moindre thème de photos qu’il peut vous proposer. Exemple d’une petite annonce du net : « Photographe pro cherche jeune débutante pour photo mode, rémunération très intéressante ». Bien sûr, aucun nom, aucun site derrière la demande… On peut se demander quel est l’intérêt pour un photographe pro de payer à prix d’or une débutante, alors que pour les mêmes tarifs des modèles pro expérimentées sont facilement disponibles via des books très démonstratifs ? Il s’agit donc d’une arnaque.

• Il n’a donc pas le matériel photo digne d’un photographe passionné, juste un appareil avec un seul objectif qu’il utilise en mode automatique. Il ne dispose d’aucun autre matériel que son appareil photo et utilise seulement avec le flash intégré de son appareil photo pour la lumière.

• Il vous tutoie dès le premier mail et est familier avec vous pendant la séance.

• Il clame qu’il est photographe professionnel, mais ne donne pas l’adresse de son site. Un vrai professionnel mentionnera toujours l’adresse de son site.

• Les « meilleures » photos qu’il vous présente sur son book sont de mauvaise qualité… Elles ne sont pas artistiques avec des poses de modèles peu intéressantes et dans un décor ou avec un arrière-plan peu recherché.

• Le style des photos qu’il propose est ambigu ou pas clair.

• Il ne vous propose pas de signer un contrat.

• Il dit travailler pour une agence, mais il vous écrit avec une adresse @yahoo ou @gmail etc,… et non pas avec une adresse mail de sa soi-disant agence.

 

 

Comment vérifier que le photographe n’est pas un faux-tographe

• Avant la séance photo, demandez au photographe de vous donner ses coordonnées complètes (nom, adresse, numéro de téléphone), puis vérifiez ces informations sur internet. Faites une recherche sur google en utilisant le pseudo / nom / adresse e-mail du photographe avant de le rencontrer. Vous découvrirez ainsi facilement ses activités.

• Écrivez-lui depuis son book afin de vous assurer que c’est bien son book. Même si avoir un book, n’est pas forcément un gage de qualité et de sérieux, en tout cas, vous serez certain que le site est bien administré par le photographe.

• Méfiez-vous des photographes qui n’ont pas de site à montrer et qui envoient des photos uniquement par mail. Faites une recherche sur Google images pour vérifier que les photos présentées sur sa petite annonce ou son mail sont bien de celui qui vous contacte. Vous aurez souvent des surprises, car nombre de faux-tographes « empruntent » des photos à d’autres photographes pour tromper les modèles.
Lien : Google images.

• Demandez toujours un contact téléphonique avant la rencontre. Appelez vous-même, en demandant de préférence un numéro de téléphone fixe.

• Proposer de rencontrer le photographe avant le shooting pour parler du shooting, ce qui vous permettra de voir également son studio et son matériel. Éventuellement, venez accompagnée.

• Demandez au photographe de vous faire parvenir le contrat avant la séance. Ce contrat doit stipuler les engagements, les limites et les droits d’utilisation des photos pour chacun. Par exemple, si le photographe a le droit ou pas de montrer les photos à un tiers (agence de presse, magazine, site web… C’est votre « droit à l’image »), mais également dans quel cadre vous avez le droit de communiquer les photos qu’il vous fait. Ces contrats sont valables juridiquement ce qui permet aux modèles d’attaquer le photographe s’il ne respectait pas sa partie.

• Demandez au photographe de vous préciser la nature du matériel photo qu’il utilise (appareil photo, objectifs, éclairage…) afin de vous rendre compte de son niveau d’équipement. Un faux-tographe dispose généralement de peu de matériel.

• Il est incapable de répondre à des questions techniques sur la photographie.

• Avant la séance, faites en sorte que les thèmes de celle-ci soient clairs et précis.

• Demandez au photographe les autres genres d’images qu’il fait en dehors du portrait ou de la photo de mode (nature, animaux, sports, spectacle, reportage, architecture, mariage…).

 

Accompagnement pendant le shooting
Même s’il peut paraître normal pour certains modèles de demander à être accompagnée d’une amie ou d’un petit ami lors de la séance, le fait que le photographe refuse n’est pas la preuve que ce photographe est un faux-tographe. De mauvaises expériences peuvent amener un photographe à préférer travailler seul avec la modèle en raison d’interventions directes du petit ami sur le modèle pendant le shooting ou dans certains cas, en ayant un effet négatif sur le modèle en l’influençant indirectement par sa seule présence, même discrète. Une amie présente pendant la séance peut aussi déconcentrer la modèle photo. Personne n’apprécie avoir un observateur présent dans son dos quand il travaille, car cela nuit à la concentration et l’inspiration du photographe comme de certains modèles.

 

Photographe amateur / Photographe professionnel /Photographe semi-pro

Même si l’on rencontre sans doute davantage de faux-tographes parmi les photographes débutants et amateur, un professionnel, c’est-à-dire quelqu’un qui est déclaré aux impôts et qui possède par conséquent un numéro de SIRET, peut parfois agir comme un faux-tographe. Par ailleurs, la qualité des photos n’est pas toujours en rapport avec le statut du photographe. Certains amateurs pouvant très souvent faire des images de grande qualité, voire même de meilleure qualité que certains professionnels ayant pignon sur rue.

Le statut du photographe n’est donc absolument pas une garantie de sérieux ni de qualité des photos. Le statut de photographe professionnel signifie seulement que les shootings peuvent être payants et que le photographe déclare ses revenus aux impôts. Un photographe amateur quant à lui, n’est pas autorisé à proposer des prestations photographiques payantes pour les modèles.

Parfois certains photographes, comme d’ailleurs certains modèles se déclarent semi-professionnels. Ce statut fiscal n’existe pas, on est soit professionnel ou soit amateur, mais on n’est pas entre les deux. Les photographes qui se déclarent semi-pro sont en fait des amateurs qui essayent de se faire payer au black par les modèles. Ils sont totalement hors la loi.