Pourquoi le ciré reste un vêtement pour les vieux ?

Souvent, bien souvent, trop souvent, nous apercevons dans les rues des personnes qui portent des cirés, mais quel âge ont-ils ? La cinquantaine bien sonnée.
Je vous fais grâce de la couleur… Je ne vous parlerais pas du noir généraliste, fétichiste, masochiste, et autre…
Et alors ? A soixante ans on est pas vieux ! Et pourquoi ne porteraient-ils pas des cirés!
Mouais, ma vision du ciré est tout autre.
Je sais je vais faire grincer, mais le ciré est un vêtement de femme, de jeune femme.
Les messieurs en ciré… beurk, surtout les personnes âgées.
Encore la trentaine ça passerait, mais après un certain âge, il faut s’abstenir, car c’est de la provocation.
C’est pour se faire remarquer.
Du reste le ciré est un vêtement pour être vu, admiré.
C’est un vêtement de beauté.
Mais pour cela faut-il avoir le physique.
Un sac a patate dans un ciré, ça fait sac poubelle.
Porter un ciré c’est être élégante, c’est lancer un message « regardez comme je suis belle ».
Ça ne veut pas dire, « j’ai envie de me faire sauter ».
L’esprit des hommes est souvent de travers.
Pourtant quand on admire un beau tableau, un beau paysage, un beau dessin, on a pas envie systématiquement de le violer. Pourquoi en voyant une belle femme mise ne valeur, tout de suite cette idée.
La prostitution a véhiculé trop souvent cette image du ciré, comme vêtement attirant et sexuel.
Je ne le nie pas, mais c’est pour des occasions privées.
En public c’est autre chose, c’est un signe de plaisir différent.
Les jeunes ont bien compris tout cela, et on bien peur des clichés que la gente masculine entretien.
Certaines essayent, car elles trouvent ce vêtement agréable a porter, plaisant, amusant, et attirant.
Mais c’est souvent des lourdauds qui s’adressent a elles avec des expressions et propositions inappropriées, de ce fait elles refusent de le porter pour ne plus être importuné, pour ne pas dire emmerder.
Voilà pourquoi les porteuses et porteurs de cirés sont des vieux.
Car a cet âge on ne craint plus le ridicule, on veut se faire plaisir, et surtout sortir de la frustration des dernières années, ou quand elles étaient plus jeunes elles rencontraient les mêmes déboires.
Alors aujourd’hui plus de risque de se faire aborder, et pour cause… L’élégance n’est plus !
Quand à l’homme de soixante ans en ciré, il assouvi son fantasme de vouloir sentir la matière noble sur lui, et les regards des autres. Enfin il n’a plus peur d’être ridicule.
Mais quel tableau ?
Évidemment l’essentiel c’est de se faire plaisir a soit. Nous vivons dans un monde ou de plus en plus le JE compte avant les autres. On en a rien a foutre d’être laid, moche, ridicule.
C’est bien tout cela mais si on pensait aux autres on s’apercevrait que l’image donnée est pipée, et que les cirés auront bien du mal a refaire surface, comme au bon vieux temps des l’inconscience vestimentaire des jeunes.
Moi je voudrais que les jeunes pensent comme les vieux.
Là ce serait le paradis. Le meilleur des mondes. Tout le monde vivrait son plaisir.
Mais il reste encore les autres connards avec leur réflexions à la con, qui gâcherait tout cela.
Non vraiment l’époque n’est plus ce qu’elle était.

C’est pour cela que je m’efforce de photographier les jeunes jolies filles, et belles femmes, en leur expliquant qu’il n’y a rien de vulgaire, et que la fantaisie fait partie de la joie et du bonheur de la vie.

Vous ne partagez sûrement pas mon avis. Vous avez la possibilité de me contredire, et de donner votre avis. Si possible ne le faites pas dans l’anonymat, c’est la pire des hypocrisie. Je sais que nous sommes en France les maîtres dans ce domaine, mais sachez montrer justement que le débat est intéressant et que vous vous impliquez. Un pseudo et une adresse courriel peuvent dissimuler un individu, donc pas la peine d’être un fantôme.


Enfin vous pouvez également me parler du thème CIROLOGIE….
Trop souvent quand on me contacte sur facebook, c’est pour me flatter, ou m’
engueuler, donc je suis habitué au deux.
Mais c’est toujours intéressant de connaître l’avis des autres.
Les hommes en général râlent, les femmes s’amusent.
Et comme l’indifférence n’existe pas, pour être aimé et apprécié, il faut savoir être détesté, et décrié.