C’est ici que tout commence : Poisson d’avril !

C’était un premier avril en 1982, le but était de faire le portrait de jeunes filles vêtues d’un imperméable brillant, appelé à l’époque « ciré ».
Prendre une image insolite, dans un décor burlesque, qui amène le visiteur à sourire.
L’expression du visage me fascinait chez certains modèles et je voulais faire autre chose que le portrait traditionnel.
De plus, il me semblait que ce vêtement brillant était fait pour la photo.

Nous étions en argentique, la qualité de prise de vues comme le cadrage, l’angle, la lumière, sont devenus petit à petit mes références, pour créer MON style.

Date de la première séance le 1er avril, un vrai défi, un véritable clin d’œil, une histoire sans suite au départ, mais dont nous avions convenu avec le modèle, de récidiver notre expérience en extérieur le 28 de ce même mois, au Parc de la Tête d’Or à Lyon.

Essai avec son propre imperméable, de quelques clichés, avant de passer aux cirés brillants.

A l’époque je ne possédais que trois cirés, un bleu, un vert, et un marron
CIROLOGIE venait de naître.
Le projet était fou, et je souhaitais laisser aux modèles, la prise des poses et des idées, autour de ces deux conditions, photographier le visage et le ciré.

L’idée semblait farfelue et je décidais de poursuivre avec d’autres modèles, l’histoire ne faisait que commencer…