Je ne vends pas de cirés. Ils ont une histoire, celle de CIROLOGIE !

Je ne vends pas de cirés.
Je cherche à mettre de belles Filles (ou de belles Femmes) à l’intérieur.

Beaucoup d’hommes semblent attirés plus par le vêtement que le contenu.
Moi c’est la FEMME en ciré qui me plait. Un ciré vide, ne me fait aucun effet.
La Femme est avant tout la plastique la plus jolie qui soit pour l’art photographique.
Je la sublime en la vêtissant seulement d’un tissu brillant avec des reflets d’eau.

On me dit aussi, pourquoi ne pas photographier des Femmes en cirés dans des décors ordinaires, en ville, dans la rue.
Mais tout cela a déjà été fait cent millions de fois.
Je ne dis pas que je referais pas quelques clichés de la sorte, mais je ne veux pas voir d’autres vêtements, d’autres accessoires vestimentaires que le ciré et des bottes brillantes.
Et puis je l’ai déjà dit une Femme vêtue d’un ciré donne des idées a connotations sexuées pour certains.
Je préfère resté dans mon thème ludique et fantaisiste, sans me hasarder sur des chemins aux interprétations douteuses.
Voilà un exemple de ciré unique Créé par Mme Cacciatore pour Cirologie Modèle mat avec capuble amovible et pli creux
Voilà un exemple de ciré unique Créé par Mme Cacciatore pour Cirologie Modèle mat avec capuble amovible et pli creux
Mon idée de Femmes en cirés en intérieur et sous la douche, n’est pas si banale.
Combien d’entre-nous n’essayent pas des vêtements chez eux devant la glace.
Et qui n’a jamais porté un vêtement en dehors de son contexte ?
En discutant certaines m’avouent volontiers avoir déjà pris une douche toute habillée, ou toute nue sous un anorak ou une parka doudoune, s’être couchée nue également avec un manteau de fourrure, ou nue avec un pull en laine, d’autres portent des sous vêtements et ne les quittent pas (même parfois sous la douche) d’autres encore se mettent au lit en gardant leurs bottes…
Une jeune fille d’aujourd’hui passe les jours de grande pluie a chasser les gouttières qui fuient pour se faire abondamment aspergée d’eau (genre Miou-Miou dans « La Lectrice ») en étant entièrement nue sous son ciré tout fin. Et une autre de faire des calins avec son partenaire, tous deux en cirés vêtues.
Bref les exemples ne manquent pas et font partie de la vie intime de chacun.

Et c’est pour cela que l’on me demande si je vends mes cirés, car j’ai du donner sans le vouloir quelques idées à certains, (plus qu’à certaines) mais non je ne vends pas mes cirés, ils ont une histoire.
Certains proviennent de dons de modèles, d’autres de farfouilles en brocante, ou petites annonces, d’autres confectionnés sur mesure, et bien sûr d’Internet, Ebay étant aujourd’hui l’incontournable source d’approvisionnement a prix raisonnables.
Celui-ci provient avec d'autres d'une cessation d'activité d'une boutique de l'Ouest de la France. Un peu passé, mais encore en trés bon état.
Celui-ci provient avec d’autres d’une cessation d’activité d’une boutique de l’Ouest de la France. Un peu passé, mais encore en trés bon état.
Les cirés d’aujourd’hui n’en sont pas.
Mes cirés sont des toiles enduites, sans doublure.
Maintenant ils appellent cela « vintage » – ça fait bien! c’est anglais, ou amerloc, mais surtout pas Français-
Les modèles brillants que l’on trouvent n’ont absolument pas la même qualité, soit c’est caoutchouc (genre Guy Cotten) soit papier colorié brillant (très fin, très léger) qui s’effrite très rapidement.
Certains n'existent plus, comme ce bleu droit à capuche, il a craqué plusieurs fois. Il s'est déchiré. Il a fini en petits morceaux, envoyés ci et là a des entreprises pour essayer de retrouver le tissu, en vain.
Certains n’existent plus, comme ce bleu droit à capuche, il a craqué plusieurs fois. Il s’est déchiré. Il a fini en petits morceaux, envoyés ci et là a des entreprises pour essayer de retrouver le tissu, en vain.
Ils ne sont pas déperlants à l’œil, même si l’eau glisse dessus, l’effet n’est pas le même.
Et au toucher, je ne retrouve pas cette qualité douce souple et soyeuse de mes bons vieux cirés.
Photographiquement l’effet n’est pas du tout le même. Sur ceux d’aujourd’hui il est trés difficile de retenir l’eau, on ne la voit quasiment pas.
Sur les anciens, certes il en faut une certaine quantité, mais l’eau glisse doucement, les gouttes restent accrochées, on le voit nettement sur les clichés.
Maintenant côté confort, je ne saurais dire, mais mes Cireines* me disent que les miens sont raides et font transpirer, alors ceux que l’on trouve maintenant sont plus souples, et plus agréables à porter.
Questions de goût ? Peut-être ? Car les avis restent partagés, et comme je n’en porte pas, je ne peux pas me prononcer sur ce point.
Voilà celui avec qui, tout a commencé. Reprisé plusieurs fois, toujours présent dans les meilleures séances. Et franchement il ne fait pas son âge !
Voilà celui avec qui, tout a commencé. Reprisé plusieurs fois, toujours présent dans les meilleures séances. Et franchement il ne fait pas son âge !

(*) Modèles qui ont posés pour Cirologie