Mais quel ciné pour le ciré !

Les cirés ! Ces imperméables brillants qui attirent le regard, sont bien souvent soumis à une catégorisation « spéciale » de vêtements.
Le cinéma français a su lui donner une mauvaise image, avec les noirs maxi, portés par les plus grandes actrices, dans des scènes de seulement quelques secondes. Temps suffisant pour marquer les esprits.
Les cinéastes ont fait de cet imperméable une image subliminale qui reste en arrière pensée, avec le rôle de l’actrice, souvent une prostituée, ou une fille facile.
Alors qu’avec d’autres couleurs, il passe inaperçu dans les scènes cinématographiques du fait d’être porté par des personnages de second plan, mêlé à la foule.

Ils en ont fait un peu trop. A cette époque (1970-1980) cet imper était couramment portés par les jeunes femmes, des modèles de couleurs le plus souvent assez courts. Dans la mémoire le ciré est devenu un vêtement sexuel, plus qu’un imperméable pour se protégé et jouer de la pluie.
Pas étonnant que de nos jours plus aucune jeune femmes ne s’habille de la sorte. Il y en a dans les boutiques, ils se vendent, mais on ne les voient plus ensuite dans la rue. Serait-ce donc que ceux-ci finissent dans un placard, ou bien portés en privé pour satisfaire quelques désirs masculins.
Allez savoir !
Drôle d’histoire…